Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Posture statique et posture dynamique, comment garder une bonne posture en mouvement?

Bonjour à tous 😀

 

Avant tout, j’aimerais expliquer cette notion de posture.  J’ai remarqué au travers de certaines réactions par rapport à mes articles précédents parlant de posture, que beaucoup confondent posture et immobilité, comme si le travail postural se faisait uniquement en étant figé comme une statue. J'ai aussi lu que mes écrits n’engageaient pas au mouvement selon certains.

 

Ma façon de travailler met pourtant le mouvement en priorité, dans un objectif de santé et non de performance, mais le mouvement le plus juste possible résultant d'une bonne mobilité et de consignes précises.   Ces consignes ne sont pas là uniquement pour éviter les blessures dues à un mauvais positionnement des articulations.  Elles sont là aussi et surtout pour engager la musculature posturale et profonde par activation de la chaine auto-grandissante dans le mouvement, pour insister sur la contraction des muscles nécessaires à l’exécution la plus correcte et sécuritaire possible de mouvements soigneusement choisis et variés.

 

Une posture statique correcte ne veut rien dire. On peut observer des personnes dont la posture semble idéale de profil et dont le bassin  n'est ni trop anté-versé, ni trop rétro-versé mais qui sont en réalité très raide de la chaine postérieure (ischio-jambiers), des quadriceps (droits antérieurs) et des adducteurs.  Une posture peut être "pathologiquement équilibrée".

 

La plupart des personnes arrivent à corriger ou à  améliorer leur posture statique (parfois au prix d'efforts importants créant des tensions), mais lors de la mise en mouvement, cela devient beaucoup plus difficile et nous allons comprendre pourquoi dans la suite de cet article.

 

 

 

 

Pourquoi le maintien d'une bonne posture en mouvement est-il si important?

 

Je retranscrits ici quelques phrases du livre de Philippe Souchard (kinésithérapeute) , « La rééducation posturale globale » : 

 

- « Les lésions articulaires viennent d’altération posturales dans 80% des cas. »

 - « Lorsque la pathologie morphologique est organisée, les activités cinétiques ne font que l’aggraver. »

- « L’activité dynamique spontanée ne peut qu’accentuer les déformations morphologiques. » 

 

Ces quelques phrases nous font prendre conscience à nouveau de l’importance d’une posture juste en prévention, tout comme en thérapie, de problèmes articulaires. 

 

Posture et mouvement 

 

 

 

La définition du Larousse pour le mot « posture » est la suivante : « Position du corps ou d'une de ses parties dans l’espace. » 

 

 

 

Dans le mouvement, notre position et donc notre posture change en permanence.  Cela demande un ajustement de chaque partie du corps les unes par rapport aux autres, un équilibre entre force et tension.

 

 

 

 

 

 

Tenségrité et fascias 

 

Plusieurs méthodes d'entraînement ont été élaborées cette compréhension du fonctionnement du corps humain en se basant sur les travaux de Thomas Myers ("Anatomy Trains") qui lui même a été inspiré par Ida Rolf (1886-1979).

 

La définition architecturale  explique que la tenségrité est « la faculté d'une structure à se stabiliser par le jeu des forces de tension et de compression qui s'y répartissent et s'y équilibrent." 

 

 

Dans notre corps, nous avons donc tout un jeu de tensions et de pressions pour permettre à l’ensemble du corps d’être stable.  La tenségrité vivante est bien plus complexe que pour un bâtiment car toutes ces tensions et pressions doivent continuellement s’ajuster et s’équilibrer pour permettre le mouvement et le stabiliser.  

 

 

 

Ce jeu d’équilibre entre tensions et pressions se fait par l’intermédiaire des fascias ou peut-être devrait-on dire du fascia car ce n’est au fond qu’un seul et même tissu.

 

Les fascias sont ce que l’on appelle les tissus conjonctifs, une suite tissulaire ininterrompue allant de la tête aux pieds mais aussi de l’extérieur à l’intérieur, jusqu’au sein des cellules.  Présents à tous les niveaux du corps, ils enveloppent et soutiennent chaque structure  (muscle, organe, vaisseau, nerf…) et se poursuivent à l’intérieur de celle-ci pour former une matrice de soutien.  Le rôle mécanique des fascias est de permettre aux forces de se propager pour rendre les mouvements possible.  

 

Ils jouent aussi d’autres rôles fondamentaux comme celui de protection, d’amortissement, d’absorption des chocs.  Ils sont le sein des échanges (apports d’éléments nutritifs, élimination des  déchets du métabolisme,…) et de la communication entre chaque élément du corps humain.  Ils ont une importance capitale dans les mécanismes de défenses et de l’immunité. 

 

En recouvrant et en enveloppant les muscles, les fascias sont à l'origine de leur fonctionnement synergique et de leur organisation en chaines musculaires ou chaines myofasciales. Un muscle ne travaille jamais seul et une chaine musculaire sans fascias ne peut pas être physiologiquement fonctionnelle.

 

Le fascia est l’élément principal du maintien de la posture, de la transmission des forces, de l’amortissement, de la coordination et de l’harmonisation des mouvements; les muscles sont les éléments moteurs.

 

Ce qu’il sera important de retenir :

Notre corps fonctionne comme un Tout.  Un excès de tension à un endroit aura des répercussions à d’autres endroits.  Un défaut postural se répercutera sur le fonctionnement des organes internes (et vice versa) et sur les articulations car tout est lié et relié. La manière dont nous nous entraînons et les postures que nous adoptons auront des conséquences jusqu’au sein des cellules qui s’adaptent aux contraintes extérieures via les fascias. 

 

Quand ce système de tenségrité est bien équilibré, les contraintes extérieures ont moins d'impact sur l'intégrité de la structure.  Reprenons l'image du module : on peut le déformer en l'écrasant, il reprendra sa forme d'origine, si cette déformation est de courte durée. Mais s'il passe la nuit sous un poids par exemple, ou si on étire sélectivement un ou plusieurs élastiques pendant longtemps, c'est toute la structure qui s'en trouvera modifiée et fragilisée...

 

Quels sont les paramètres qui peuvent entraver le mouvement harmonieux et la posture juste?

 

 

La manière dont nous utilisons notre corps, tant dans notre vie quotidienne que dans notre activité physique ou sportive, modèle notre posture tant statique que dynamique :  

 

- La position assise prolongée par exemple, entraine l'allongement de certaines structures et le raccourcissement d'autres, pouvant provoquer une amnésie de certains muscles et des répercussions délétères sur la posture si cette position n'est pas contre-balancée par un travail équilibrant. J'en parle aussi dans cet article : 

http://www.emmagomez.be/2016/11/posture-quand-le-sport-forme.et-deforme.html

 

- Les mouvements répétitifs, qu'ils soient d'origine professionnelle ou liés à une pratique sportive (musculation par isolation musculaire, tennis, course à pied,...), entrainent une dominance au niveau de certaines chaines musculaires par rapport aux autres. L'inflammation causée par ces répétitions excessives peut créer des adhérences (Trigger point) et restreindre les mouvements.  Cette restriction aura une répercussion certaine sur la posture. 

 

De mon point de vue, le fait de répéter excessivement des mouvements quels qu'ils soient et même s'ils sont fonctionnels, est anti-fonctionnel.  Faire 50 ou 100 fois le même mouvement impliquant la ou les même chaines musculaires est un non-sens par rapport à la fonctionnalité du corps... 

 

- Comme nous l'avons vu précédemment, le mouvement spontané dans une posture non "corrigée"  aggrave les défauts posturaux.

 

- La manière de respirer a un impact direct sur la posture.  Souvent, le point d'équilibre du thorax au repos est décalé vers l'inspiration. Le raccourcissement des inspirateurs limite la respiration et peut provoquer l'installation de raideurs musculaires.

 

- Une perturbation de l'utilisation de la musculature : par défaut de renforcement, et d'engagement de la musculature posturale et profonde (muscles toniques), certaines méthodes d'entraînement engendrent une utilisation de la musculature phasique et superficielle (normalement conçue pour exécuter les mouvements), pour stabiliser les articulations.  L'harmonie et la fluidité des mouvements s'en trouvent atteinte avec tôt ou tard des répercussions inflammatoires et articulaires. 

 

Que faire?

 

- Pour pouvoir agir, la première chose est d'avoir conscience de ses défauts posturaux.  Cela passe par un auto-diagnostic si on en a les connaissances et compétences ou par le diagnostic d'un professionnel.  Ce diagnostic va permettre de faire des exercices de correction posturale ciblés en fonction de ces déséquilibres.

 

- La mobilité a une importance capitale dans la posture dynamique.  Le travail de la mobilité, alliant souplesse, stabilité et contrôle sera une priorité.  Ce serait trop long ici d'expliquer en détails la panoplie de méthodes pour améliorer la mobilité, aussi je vous conseille le dernier livre de Christophe Carrio "Sport sans blessure".

 

- Renforcer la musculature posturale et profonde, cette fameuse chaine auto-grandissante, pour rendre leur fonction aux muscles stabilisateurs, gage de protection des articulations et d'efficacité des mouvements.  La méthode De Gasquet est excellente pour ressentir et comprendre le fonctionnement de cette musculature et la synergie entre les multifides, le périnée et le transverse. Il sera important de transposer ce renforcement dans les mouvements et postures de la vie de tous les jours, tout comme dans l'activité physique, en donnant priorité à l'autograndissement.

 

- Agir sur les fascias de manière mécanique, mais aussi sur la qualité de tous les tissus via l'alimentation.  La fasciathérapie est une spécialisation de kinésithérapie et se développe de plus en plus. Il existe aussi des techniques d'auto-massages efficaces à pratiquer régulièrement pour permettre de lever les tensions faciales et ainsi obtenir un meilleur coulissement et glissement des tissus entre eux, rendant harmonie au mouvement.

 

- Agir sur la respiration et les muscles liés à la respiration, privilégier la respiration abdominale. Ceci fera l'objet d'un autre article car il y trop à dire... ;-)  

 

- Les disciplines orientales ont un commun cette vision holistique du corps humain par des enchainements de mouvements équilibrants.  Elles agissent aussi sur la respiration.

 

Notre mode de pensée occidental et notre vision de l’entraînement et de la forme physique nous poussent vers des méthodes privilégiant le développement de qualités physiques (force, puissance,...) et/ou esthétiques comme le développement musculaire.  Nous nous basons alors parfois trop sur la physiologie de l'effort chiffrée en terme de temps et de répétitions, pouvant nous éloigner de l'équilibre postural. 

 

Mixer plusieurs méthodes harmonisantes ne peut être que bénéfique pour votre santé.  Je vous renvoies vers un article assez bien fait sur le yoga statique et le yoga dynamique. https://samjivayoga.com/2015/02/05/postures-dynamiques-et-statiques/

 

Conclusion

 

J’en reviens à la conclusion déjà écrite dans plusieurs articles antérieurs : une activité physique pratiquée sans conscience posturale peut faire plus de tort que de bien.

 

Il est absolument primordial de guider le mouvement par des consignes justes et précises ou par des corrections manuelles.   On remarque malheureusement souvent que les consignes se limitent à aller d’un point A à un point B sans aucune précision sur la manière d’y arriver.  

  

Dans une activité physique respectueuse de la biomécanique du corps humain et de la santé, le plus important ne sera pas le « contre la montre » ou la force de caractère qui vous poussera à terminer vos répétitions en dépit de douleurs articulaires ou de mauvais placements dus à la fatigue mais bien la manière d’y arriverLe chemin sera gage de travail de qualité et non l’arrivée...

 

Comme je l'ai déjà écrit plusieurs fois aussi, une activité physique pratiquée dans un esprit et un objectif de santé devrait être là pour vous rééquilibrer, vous délier, pallier aux excès ainsi qu'aux manquements de notre vie civilisée tout comme à ceux d'activités sportives non équilibrées. Elle doit vous permettre de faire un transfert et d'en retirer un bénéfice à chaque instant, dans la vie de tous les jours ainsi que dans votre sport. 

 

L'activité physique santé ne devrait pas renforcer une mauvaise posture, être éloignée de la réalité (mouvements non fonctionnels, nombreuses répétitions inefficaces et inflammatoires...) ou vous faire prendre des risques inutiles.

 

Vous êtes intéressés par une pratique sportive respectueuse et consciente? Par des conseils et recettes en alimentation santé? Abonnez-vous à ce blog pour être informés de futurs articles!  

Suivez-moi sur Facebook :https://www.facebook.com/emmagomez.synergie/

N'hésitez pas à partager si vous pensez que cet article peut être utile à votre entourage!
 
Pour aller plus loin : 
- "Sport sans blessure" de Christophe Carrio
- "Les fascias, rôle des tissus dans la biomécanique humaine" de Serge Paoletti.
- Méthode De Gasquet
- Fasciathérapie
- kinésithérapie des chaines musculaires

 

 

Biographie et illustrations : 

- "Sport sans blessure", Christophe Carrio

- "Les fascias, rôle des tissus dans la biomécanique humaine", Serge Paeletti.

- "Rééducation posturale globale, RPG - la méthode", Philippe Souchard.

- http://www.cliniquedephysiotherapie.com/nouvelles/

- http://www.intensiondesigns.com/models.html

- http://www.ideafit.com/fitness-library/fascial-fitness

- http://slideplayer.fr/slide/3261525/

 
Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0

À propos


Voir le profil de Emmanuelle Gomez sur le portail Overblog

Commenter cet article

Angelilie 08/03/2017 21:44

beau blog. un plaisir de venir flâner sur vos pages. une belle découverte et un enchantement.

Emmanuelle Gomez 08/03/2017 23:00

Merci pour votre joli commentaire !

Enard 05/01/2017 17:34

Très intèressant! Merci!