Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Pression abdominale, sport et continence.

Bonjour à tous 😊

Et donc, je reprends ma plume pour vous parler de pression abdominale... Oui, encore, car il semble que cela soit nécessaire au vu des messages que je reçois et surtout de ce de j'observe d'effrayant sur le net...

Je ne reviendrai pas en détails sur ce que j'ai déjà écrit sur le sujet, vous pouvez parcourir ce blog et les articles sur le périnée pour avoir une vision plus éclairée.

Certains sports poussent les capacités d'adaptation du corps humain à leur extrême.  Ceci dit, nous restons des êtres humains et aucun sport n'est régi par d'autres lois que celles de la nature et de la biomécanique... Que nous poussions notre corps à s'adapter au soulèvement et au déplacement de charges extrêmement lourdes ou à des mouvements anti-fonctionnels (quoiqu'on en dise) ne nous transforme pas pour autant en machine, même si cela semble le nouveau compliment à  la mode (personnellement, je le prendrais plutôt comme une insulte...).

Je remarque que certains établissent des théories sorties tout droit d'un chapeau et réinventent le fonctionnement biomécanique du corps humain, comme s'ils étaient les premiers à se pencher sur le sujet...

C'est comme si, sans rien y connaître en mécanique, j'avais tapé avec un marteau sur le moteur de ma voiture pour la réparer et que j'en faisais une vidéo pour le conseiller à d'autres... Sauf qu'ici, il s'agit de corps humain et les conséquences de mauvais conseils dépassent visiblement les capacités de compréhension de ceux qui font de telles vidéos... Les conseilleurs ne sont pas les payeurs, c'est bien connu...  

Après être passée par différents stades émotionnels devant tant d'aberration, je me suis dit que j'allais écrire à nouveau sur le sujet.  Si je peux sensibiliser ne serait-ce qu'une personne et lui éviter d'être incontinent (car c'est bien de cela dont on parle), j'en serai satisfaite quelque soit le nombre de clics sur "Ne plus suivre cette page Facebook" que ce sujet sensible entraîne. Tiens, à propos, je ne sais pas pourquoi mais dès que je parle de périnée (ou plancher pelvien), il y a toujours des réactions négatives comme "masquer la publication" ou "ne plus suivre cette page".  Si quelqu'un a une idée de la raison qui peut pousser certains à faire ce choix (ça a l'air assez viscérale comme réaction), je serai curieuse de la connaître 😊.  Et je vous rassure, je ne parle pas que de périnée! 

Ha oui, avant que vous ne vous disiez : "je ne suis pas concerné(e)", sachez que nous avons tous un périnée et que vous soyez un homme ou une femme, il y a une chance sur deux que vous soyez concerné(e) un jour par un problème lié à la pression abdominale.

A présent, allons dans le vif du sujet.  Entre les cours de gymnastique hypopressive qui fleurissent un peu partout (et qui n'en sont souvent pas!) et les sports extrêmement hyperpressifs, la bataille fait rage.  Certains disent qu'il faut éviter toute hyperpression délétère pour la sangle abdominale, le périnée et les disque intervertébraux; d'autres se vantent de se faire pipi dessus car c'est la preuve qu'elles s'entraînent plus dur que tout le monde (voir cette vidéo), comment savoir où le danger se situe réellement? Je ne prétends pas détenir la vérité absolue, mais je peux vous faire part de mes observations et de mes apprentissages dans les formations suivies en tant que kinésithérapeute. 

Une chose est certaine, nous sommes tous différents, notre corps résiste et s'adapte différemment de celui d'une autre personne aux mêmes stimuli, il est donc difficile d'établir des généralités absolues.  Toutefois, la biomécanique humaine est commune en bien des aspects pour la plupart d'entre nous (hors pathologies ou handicap). 

Attention, je vous préviens que cet article est assez long car j'ai essayé d'être la plus complète possible.  Toutefois, j'ai simplifié un peu le jargon médical pour que ces notions soient compréhensibles pour la majorité car il est essentiel de comprendre tout cela pour tout un chacun.  N'hésitez pas à  le lire en plusieurs fois ou à le lire à un moment où vous êtes bien concentré(e) 😉

 

Les problèmes engendrés par les hyperpressions abdominales sont donc (en fonction des fragilités individuelles), 

- l'incontinence urinaire d'effort

- les hémorroïdes et/ou les varices vulvaires,

- les prolapsus rectal, utérin et vésical, 

- les hernies de toute sortes : inguinale, crurale, ombilicale, discale,..

 

 

 

Ces pathologies sont très fréquentes et connues (mais souvent cachées), particulièrement chez les sportifs(ves) pratiquant l'haltérophilie, la course à pied, la gymnastique, le trampoline, ...

Hyperpression, hypopression, dépression, normo-pression : Quésaco?

J'ai souvent remarqué qu'il y avait énormément de confusion autour de ces termes.  Une multitude d'instructeurs fitness prétendent faire de la gymnastique hypopressive qui n'en est absolument pas... Dernièrement, j'ai lu sur un site une présentation de cours de Pilates où ils mettaient en avant le travail des abdominaux en hypopressif. Or, c'est justement un des "problème" du Pilates (s'il est non revu et corrigé), beaucoup d'exercices et surtout les exercices phares (voir cet article) sont hyperpressifs.  La méthode Pilates est bonne à plusieurs niveaux, mais prudence s'il existe une fragilité du périnée ou un diastasis des grand droits.

 

J'espère que l'explication qui va suivre va vous permettre de mieux comprendre ces concepts.

L'hyperpression

La pression dont on parle est celle à laquelle est soumise l'Enceinte Manométrique Abdominale (voir illustration ci-dessous).  Cette enceinte est délimitée par le  par des structures osseuses et musculaires qui ont une densité et une résistance différente. Elle est actionnée par un moteur principal, le diaphragme et des moteurs accessoires, la sangle abdominale et le plancher pelvien.

Par convention, la pression régnant au repos au sein de cette enceinte est considérée comme nulle (normo-pression).

Ce qui est intéressant, c'est la variation de pression au cours de différents efforts.

Lors de l'inspiration et de l'expiration, la variation de pression est positive, tout comme la majorité des exercices abdominaux classiques.  Cette dynamique est hyperpressive.  Le terme "hyprepressif" n'a pas nécessairement une connotation pathologique.

Les "activités" hyperpressives sont :

- les activités à impact (course, sauts,..),

- le port de charge,

- le chant,

- la grande majorité des exercices abdominaux et tous ceux qui rapprochent les côtes du pubis favorisant le travail des grands droits,

- la toux, l'éternuement, ...

-...  

La bonne nouvelle, c'est que notre corps est merveilleusement bien conçu (comme tout ce qui existe sur cette planète avant que l'Homme n'y mette son grain de sel...).  

L'hyperpression abdominale est inévitable et intervient très souvent dans la vie de tous les jours (taux, éternuement, port de charge,.... ).  Notre corps est conçu pour que la force engendrée par cette hyperpression  (force résultante, rappelez-vous de vos vieux cours de physique 😉) soit dirigée vers des structures  solides, capables d'y résister : la butée coccygo-raphélienne.

 

La dépression (abdominale bien sûr)

Si au cours d'un effort hyperpressif, on expire de manière canalisée (pression canalisée vers le haut et non sur le périnée), plutôt que l'apnée (comme la manoeuvre de valsavla), on rend cet effort moins hyperpressif.  On est alors dans une dynamique dépressive. Les exercices effectués en dépression sont moins hyperpressifs qu'en apnée, mais ils restent hyperpressifs.  Ils sont utilisés pour diminuer les contraintes sur le périnée au cours d'un effort sportif (mais on peut bien sûr utiliser cette technique lors des efforts dans la vie de tous les jours, comme par exemple le port de charge).

L'hypopression

L'hypopression obtenue au cours d'exercices et de postures précis, est réalisée lorsque la variation de pression est négative.  L'objectif de l'hypopression n'est pas de diminuer la pression pendant un effort, mais de développer des activités réflexes au niveau de la sangle abdominale profonde et du périnée.  L'hypopression n'est jamais associée à des exercices abdominaux classiques (faire une fausse inspiration thoracique pendant une planche par exemple est un non-sens). 

 

Comment notre corps gère-t-il les variations de pression abdominale

Tout un système de suspension est en place pour assurer la cohésion de l'ensemble et éviter des dommages aux viscères.  

Deux systèmes permettent de limiter la mobilité des viscères lors de l'effort abdominal et contribuent à diminuer le risque de lésions neurologiques par étirement :

- un système intrinsèque de suspension ligamentaire,

- un système extrinsèque de soutien musculo-conjonctifs (muscles et fascias).

 

Le système de suspension intrinsèque 

Il est composé principalement des ligaments utéro-sacrés et des ligaments pubo-vasicaux (+ piliers de la vessie).

Ce système comporte des risques pour l'intégrité neurologique de la région.  En effet, certaines manoeuvres utilisées  lors de l'accouchement comme l'expression utérine (le fait de pousser sur le ventre) entraînenent un étirement excessif de ce système de suspension et une dénervation partielle du nerf hypogastrique.  Les symptômes de cette dénervation partielle sont la constipation terminale, la dysurie, l'anorgasmie,... 

J'ignore si des études ont été réalisées sur les effets des hyperpressions abdominales importantes engendrées par certaines pratiques sportive (haltérophilie, sauts répétés,...) sur ce système de suspension.  

Quoiqu'il en soit, conseiller à tout le monde d'effectuer des efforts hyperpressifs sans connaître l'état de la sangle abdominale, du périnée et de ce système de suspension (passé obstétrical) peut avoir des conséquences réellement désastreuses... 

Il est difficile de blâmer les coachs qui n'ont pas reçu les informations nécessaires lors de leur(s) formation(s) souvent fort onéreuse(s) mais incomplète(s)...  Pour prendre un exemple que je connais, le périnée n'est pas cité une seul fois dans la formation Level 1 de CrossFit, ni dans le manuel, ni à la formation...  Difficile en 2 jours d'aborder ce point pourtant essentiel.  Une démarche personnelle doit alors être entreprise pour augmenter ses connaissances et la qualité de l'encadrement que l'on peut prodiguer et surtout, orienter vers des thérapeutes la cas échéant. 

Pour en revenir au système de suspension : en situation normale, lors d'un effort entraînant une augmentation de pression dans l'enceinte abdominale, les viscères se  déplacent vers le bas dans un premier temps puis vers l'arrière en direction du coccyx dans un second temps.  

 

Le système extrinsèque 

Ce système de soutien est constitué principalement du plancher pelvien postérieur et des fascias qui relient cette musculature aux viscères pelviens.

Comme dit plus haut, lors de l'effort abdominal, les contraintes résultant de l'hyperpression abdominale se répercutent sur la butée coccygo-raphélienne (formée des muscles postérieurs du plancher pelvien profond, du ligament ano-coccygien et du fascia pelvien).

Si la résistance à l'étirement du plancher pelvien est insuffisante (faiblesse du périnée), le mouvement des viscères lors d'une hyperpression se fait différemment.  Au lieu de se diriger vers le bas et vers l'arrière, les viscères se déplacent vers le bas et vers l'avant.  Ce mouvement abîme le système suspenseur!

Le manque de tonus du plancher pelvien et de la sangle abdominale profonde est corrélé à l'incontinence urinaire d'effort.  

Attention, je parle bien de tonus et  non de force!   Le travail abdominal classique donne une action phasique à une musculature qui est conçue pour être tonique.  L'augmentation de force au niveau des abdominaux fait perdre en tonus!

Tonicité passive - tonicité active

Contrairement à ce qu'on pourrait croire, la force musculaire (tonicité active ou la force développée par contraction volontaire) du plancher pelvien n'a pas de relation avec l'incontinence urinaire d'effort.  Autrement dit, on peut avoir une contraction volontaire efficace mais souffrir d'incontinence urinaire d'effort.

La tonicité mécanique passive est définie comme étant la résistance des fibres musculaires et fasciales à l'étirement qu'on leur impose, c'est le tonus de base du plancher pelvien, autrement dit le tonus des fibres au repos.

Il est clairement établit que l'incontinence urinaire d'effort est liée à l'hypotonie passive du plancher pelvien.

C'est la raison pour laquelle la rééducation du périnée ne doit pas se cantonner à le renforcer seul, mais doit être associée à des techniques posturales globales ayant un effet sur ce tonus  de base.

 

Incidence de la sangle abdominale sur le tonus du plancher pelvien

Dans 99% des cas, chez les femmes ayant accouché par voie basse ou chez les jeunes femmes sportives, le manque de tonus du plancher pelvien est associé au manque de tonus de la sangle abdominale (surtout au niveau de la zone sous le nombril).

Toutefois, lorsqu'on mesure les variations de pression dans l'abdomen à l'effort, on remarque une grande inégalité dans la gestion de la pression d'une personne à l'autre.  

Ceci est dû 

- au tonus du diaphragme thoracique,

- à la qualité des tissus (tonicité des fibres musculaires et fasciales).

Une étude a démontré que la pratique quotidienne d'exercices abdominaux hyperpressifs provoque, en un mois seulement, une chute de 20%(!) du tonus du plancher pelvien (étude réalisée sur les jeunes femmes sans enfants). Il serait intéressant d'étudier précisément la répercussion sur le plancher pelvien de pratiques telle que le trampoline (nouvelle mode dans le fitness) et le CrossFit, en sachant que ces activités produisent des variations de pression très importantes. 

Avant de faire pratiquer ou de pratiquer des exercices augmentant la pression abdominale, il serait normalement nécessaire d'évaluer la gestion de la pression abdominale chez l'individu concerné, en particulier chez les femmes étant donné le risque important de descente d'organes, mais également chez les hommes (contraintes excessives sur les parois de l'enceinte abdominale générant un déficit du verrouillage lombo-sacré responsable d'un grand nombre de lombo-dorsalgies).  

 

Facteurs personnels ou acquis augmentant l'hyperpression abdominale

Chez certaines personnes, l'augmentation de la pression abdominale est exagérée (plus forte que la normale) à l'effort abdominal. 

La cause principale de cette hyperpression exagérée sont une hypertonie des coupoles du diaphragme et de toute une série de muscles associées à cette hyperactivité diaphragmatique.  Une augmentation de tonus est observée dans les manducateurs, les grands droits, les trapèzes, les sterno-cléido-mastoïdiens, les pectoraux, les carrés des lombes, les grands dorsaux, les psoas-iliaques, les obturateurs internes, les pyramidaux, les ischio-jambiers, les triceps suraux, les jambiers antérieurs,...

La perte du tonus du périnée et de la sangle abdominale profonde est aussi liée à l'augmentation de tonus de ces mêmes groupes musculaires.

Les causes sont souvent sportives (pratique de la musculation, de l'athlétisme, du CrossFit,...) ou professionnelles (attitude posturale professionnelle).

Le diaphragme, en plus de son rôle respiratoire, a aussi un rôle postural moins connu.  C'est un des muscles principal de la posture et du maintien en position debout, jouant un rôle important dans l'équilibre dynamique du corps.  Il est facile de comprendre pourquoi certaines attitudes ou certaines pratiques sportives peuvent engendrer une hypertonie du diaphragme (fibres I).

Un examen visuel statique et dynamique permet d'identifier les "chaînes" associées à l'hyperactivité diaphragmatique.

Nous comprenons ici qu'une pratique sportive peut non seulement créer des hyperpressions abdominales répétées et importantes fragilisant le système de suspension des viscères, mais aussi favoriser l'hypertrophie et l'hypertonie de toute une série de muscles augmentant le tonus du diaphragme, engendrant une hyperpression abdominale encore plus forte... 

 

La Gymnastique Abdominale Hypopressive (la vraie 😉)

L'objectif des techniques hypopressives est la relaxation des coupoles diaphragmatiques, celle-ci entraînant une chute de la pression intra-abdominale de manière réflexe et une contraction tonique de la musculature du plancher pelvien et de la sangle abdominale ainsi qu'une inhibition des muscles hypertensifs (décrit plus haut, associés à une hypertonie du diaphragme).

La Gymnastique Hypopressive normalise la tonicité de l'ensemble musculo-conjonctif lié au diaphragme thoracique.

A l'inverse des muscles hypertensifs, d'autres muscles sont hypotenseurs (favorisent la chute de la pression abdominale). Par exemple, la contraction répétée des grands dentelés favorise un relâchement du diaphragme qui est associée à une contraction réflexe des grands obliques et du plancher pelvien.

La Gymnastique Abdominale Hypopressive se pratique donc dans des positions précises.  C'est une gymnastique systémique, dynamisant les chaînes musculaires et viscérales. 

 

Conclusion 

Au risque de me répéter (voir d'autres articles sur le sujet dans ce blog), la pratique de certaines activités sportives devrait impérativement être encadrées par des professionnels conscients des risques et enjeux inhérents à ces pratiques et capables de proposer des méthodes compensatrices permettant d'en limiter les effets délétères.  Au minimum, la dépression devrait être utilisée pour limiter l'hyperpression.

La question à se poser est la suivante : Peut-on soumettre notre corps à des efforts et des séquences de mouvements inventées par l'homme - dans un but de mesurabilité de la performance et non de santé - désorganisant le système de tenségrité et les chaînes myofasciales fonctionnelles, toujours plus contraignants (plus fort, plus lourd, plus vite..) sans subir des dommages articulaires et viscéraux? 

Les hyperpressions abdominales sont à éviter dans la mesure du possible s'il existe une fragilité de la sangle abdominale et du périnée.  Comme vous l'aurez compris, il existe des techniques globales permettant au corps de retrouver sa capacité d'absorber les hyperpressions abdominales.  Pour avoir des résultats, l'approche globale et posturale est absolument primordiale.

Après une grossesse, que l'accouchement ait eu lieu par voie basse ou par césarienne, il est primordial de retrouver une tonicité correcte de la sangle abdominale profonde et du périnée avant d'entreprendre des activités sportives hyperpressives.  Des erreurs dans la reprise du sport sont lourdes de conséquences...

Après la lecture de tout ceci, vous comprendrez aisément que j'ai une hausse de tension quand je vois une vidéo proposant une exercice sensé lutter contre les fuites urinaires chez les pratiquantes de CrossFit  préconisant de poser un kettlebel sous le nombril avec comme consigne de le pousser le plus haut possible en soulevant la tête et les épaules.... 

 

Prenez soin de vous !!! Intelligemment... 

 

Vous êtes intéressés par une pratique sportive respectueuse et consciente? Par des conseils et recettes en alimentation santé? Abonnez-vous à ce blog pour être informés de futurs articles!  

Suivez-moi sur Facebook : https://www.facebook.com/emmagomez.synergie/

N'hésitez pas à partager si vous pensez que cet article peut être utile à votre entourage!

 

Illustrations

http://www.doctissimo.fr/html/dossiers/descente-organes/8040-prolapsus-descentes-organes-essentiel.htm

http://aureliamasuy.be/reeducation-perineale/

http://entrainement-sportif.fr/programme-musculation-debutant-abdominaux.htm

https://www.dominiquerainville.com/single-post/2016/08/21/La-respiration

http://www.chirurgie-info.com/operation-hernie-aine-eventration_359.html

Biographie

- Techniques hypopressives, propédeutique selon le Dr M. Caufriez, réalisé avec la collaboration de Frédéric Pennners, Sarah Esparza Ballaster, Françoise Pommeret et Isabelle Devroux.

- Gymnastique Abdominale Hypopressive, M. Caufriez

- Notes personnelles de la formation de Gymnastique Abdominale Hypopressive.

 

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0

À propos


Voir le profil de Emmanuelle Gomez sur le portail Overblog

Commenter cet article